POUR UN INVESTISSEUR, UNE MAUVAISE NOUVELLE EST UNE BONNE NOUVELLE!

POUR UN INVESTISSEUR, UNE MAUVAISE NOUVELLE EST UNE BONNE NOUVELLE!

Si vous connaissez Robert Kiyosaki, vous avez déjà entendu parler du cadrant (si vous ne connaissez pas je vous invite à lire l’article « Père riche, père pauvre« ), qui définit 4 types de profils dans notre société : les employés (E), les travailleurs autonomes (T), les propriétaires de grosses entreprises (P) et les investisseurs (I). Chaque personne, dans chaque partie du cadrant sont extrêmement différentes les unes des autres, notamment dans l’état d’esprit, ce qui rend le passage d’un côté du quadrant à l’autre, assez difficile.

# L’investisseur du Quadrant

Ici, je vais faire un focus sur l’investisseur, notamment sur l’investisseur qui réussit car il est très différent des autres profils du quadrant. Pourquoi est-il si différent ? Parce que pour un investisseur, une mauvaise nouvelle n’en est pas une ! Parce qu’il agit à contre-courant, il ne suit pas la tendance. Il mise des investissements qui feraient fuir une personne lambda car cela ne semble pas logique pour les « non-investisseurs ». C’est Warren Buffett (le plus doué des investisseurs du XXIème siècle, et aussi l’un des hommes les plus riches du monde) qui dit: «Nous tentons simplement d’être avides alors que tous sont craintifs, et craintifs lorsque tous sont avides». Ce phénomène de renversement de tendance, lorsque tout le monde semble être du même côté est reconnu et utilisé même par les plus grands investisseurs : C’est l‘investissement « contrarien ».

# Les différences d’état d’esprit et d’intérêt de l’investisseur

Un véritable investisseur est plus stimulé lorsque la situation économique va mal, quand les cours de la bourse s’effondrent, quand l’immobilier baisse, etc. Si ça monte, si c’est haut, ça ne l’intéresse pas, il va aller chercher ailleurs des investissements à hauts potentiels et à bas prix. Vous vous rappelez la crise des subprimes aux USA ? Où pendant plusieurs mois, on pouvait acheter une maison pour le prix d’une voiture? C’est ça que recherchent les investisseurs ! Parce qu’à un moment donné, quoi qu’il arrive, le marché se retourne forcément, même s’il faut attendre quelques années. Et c’est là que l’investisseur se fait un « bon billet » !

Quelles sont les raisons de sa différence avec les autres ?

Raison #1: Contrairement à l’investisseur qui réussit, la plupart des gens vivent dans la peur d’une mauvaise nouvelle sur l’économie, ce qui les paralysent, et fait d’eux de mauvais investisseurs. Combien de personnes veulent investir dans l’immobilier mais ne le font pas, parce qu’il est « possible », qu’ «éventuellement », il y ait une nouvelle taxe, un durcissement de la législation, etc. ou parce que les prix de l’immobilier ayant beaucoup augmenté ces dernières années, ils prévoient une baisse de l’immobilier…J’ai envie de dire, et alors ? Ca remontera forcément un jour…Warren Buffet est devenu milliardaire avec des actions qui ont chuté et grimpé, et rechuté, et regrimpé : il faut avoir une vision long terme. Donc en attendant, ils ne font rien. La peur que quelque chose de négatif arrive est la raison pour laquelle les gens s’accrochent à un job qu’ils détestent, restent dans une relation amoureuse toxique, ou ne changent rien à leur vie ennuyeuse.
Raison #2 : Lorsque la conjoncture est mauvaise, l’investisseur y voit l’opportunité de se faire de l’argent, voire même de devenir riche. On peut reprendre l’exemple de la chute des prix de l’immobilier aux USA à la suite de la crise des subprimes en 2007. Les investisseurs qui ont acheté des maisons achetées une bouchée de pain ont eu, ou auront (s’ils n’ont pas encore revendu), un sacré retour sur investissement. Il y a près de 20 ans Eurotunel (eurostar) était une entreprise en faillite, elle était en pleine crise, croulait sous les dettes, l’action était entre 50 cents et un euro !!! Personne n’en voulait de ces actions de cette entreprise au bord du gouffre. 20 après ? C’est une machine à cash, l’action est environ à 10€ donc ceux qui ont acheté les actions au prix unitaire d’une demi-baguette s’en frotte les mains J s’ils ont acheté à 50 cents ils ont multiplié leur mise par 20 !

Les personnes qui attendent que tout aille bien pour investir arrivent toujours trop tard dans la partie, et paient très cher leurs investissements, si tant est qu’ils en fassent.

———————————————————————————-

Découvrez le guide du futur rentier de l’immobilier!

17 chapitres sur l’investissement immobilier locatif

Plus de 125 pages!

Apprenez ce que l’on ne vous dira jamais et devenez RENTIER!

Le guide du futur rentier de l'immobilier

CLIQUEZ ICI

———————————————————————————-

# L’investisseur voit à travers des lunettes roses

L’investisseur voit la vie en rose, si tout va bien, ses investissements passés se portent bien, si la situation se retourne, de nouvelles opportunités s’ouvrent à lui ! Il voit du positif dans un contexte difficile.

Rapporté à l’immobilier ça donne quoi ? La mauvaise nouvelle ? Imaginons un crash immobilier :

Je suis investisseur immobilier, j’ai des biens que je loue en tant que bailleur. Demain, il y a un crash immobilier, comme je n’ai pas l’intention de vendre, la valeur de mon bien à un instant T n’est que théorique. En attendant, mon emprunt et le loyer que je perçois restent les mêmes. Donc R-A-S. En revanche, ce crash, pourrait me permettre d’accroitre de façon exponentielle mon parc immobilier, car dans la panique tout le monde s’est mis à vendre, donc les prix chutent, et il m’est possible d’acheter des bien 30%, 40%, en dessous de leur valeur ! La courbe des loyers ne suivant pas celles du prix de vente, imaginez les rentabilités folles !

Je vous ai présenté une situation hypothétique (mais bon c’est arrivé dans les années 90 en France, en 2007 aux USA, et dans d’autres pays également donc cette situation est hypothétique mais possible) qui démontre que la casquette d’investisseur transforme de mauvaises nouvelles en de bonnes nouvelles 😉

L’investisseur voit l’opportunité quand les autres voient la catastrophe. D’autres profils du cadrant laissent la peur diriger leur vie, dans le sens où elle impacte leurs décisions, et les paralysent. L’investisseur ne laisse pas ses craintes interférer dans ses décisions d’investissement, au contraire, la peur (la sienne ou ambiante) le stimule ! Je finirai cet article avec l’image suivante : Quand tout le monde voit les nuages au-dessus de sa tête, l’investisseur voit le soleil briller à l’horizon !

Donnez-moi votre avis sur le profil de l’investisseur en commentant ci-dessous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...